" /> José Bové - Bleu de brebis Société : José Bové met en demeure la Confédération Générale de Roquefort

Bleu de brebis Société : José Bové met en demeure la Confédération Générale de Roquefort

Thématiques > Agriculture > Bleu de brebis Société : José Bové met en demeure la Confédération Générale de Roquefort
6 mai 2019

La société Lactalis commercialise depuis le mois d’avril un bleu de brebis au lait pasteurisé, estampillé Société, la marque emblématique de Roquefort.
Tout est fait dans ce produit pour rappeler la première AOP d’Europe et induire le consommateur en erreur : utilisation de l’ovale vert de la marque, emballage et code couleur similaire.

Je demande l’arrêt immédiat de la production de ce bleu de brebis Société et son retrait de commercialisation. Ce produit est une escroquerie qui porte une atteinte grave à l’Appellation d’Origine Protégée Roquefort et au territoire.

Le cahier des charges de l’AOP garantit une zone de production, une qualité, un fromage au lait cru affiné dans les caves du village de Roquefort, et un prix du lait payé au producteur. Ce n’est absolument pas le cas de ce nouveau produit, fabriqué à Rodez à partir de lait pasteurisé.

Le Roquefort a dû se défendre à de multiples reprises contre des imitations, des fraudes ou des usurpations. Mais il s’agit là d’une attaque inédite, puisqu’elle provient du plus gros industriel de l’appellation qui en devient son propre contrefacteur !

La commercialisation de ce bleu Société est illégale au regard du droit français et européen. La Confédération Générale de Roquefort, garante de l’AOP, lors son conseil d’administration extraordinaire du mardi 7 mai convoqué à ce sujet, doit obtenir le retrait de ce produit.

Je serai présent au rassemblement de soutien au Roquefort et à son AOP demain à 14h à Millau, devant le siège de la Confédération Générale de Roquefort (36 avenue de la République à Millau).

Mon avocate, maître Hélène Bras, a fait parvenir un courrier de mise en demeure à M. Gentil, Président de la Confédération Générale de Roquefort, lui rappelant ses obligations de protection de l’AOP.