" /> José Bové - Glyphosate : jamais le principe de précaution n’a été aussi nécessaire

Glyphosate : jamais le principe de précaution n’a été aussi nécessaire

Thématiques > Agriculture > Glyphosate : jamais le principe de précaution n’a été aussi nécessaire
15 March 2017

Nouveau rebondissement dans la procédure de réautorisation du glyphosate, principe actif du RoundUp de Monsanto, l’herbicide chimique le plus vendu au monde : l’Agence européenne des produits chimiques (ECHA) vient de décider qu’elle ne le classerait pas comme cancérogène pour l’homme.

L’ECHA vient s’ajouter à la longue liste des agences scientifiques ayant déjà rendu un avis sur la toxicité du glyphosate. En mars 2015, le CIRC (agence de l’Organisation mondiale de la santé chargée d’identifier les causes de cancer) le classait comme cancérogène probable. Quelques mois plus tard, l’Agence européenne de sécurité alimentaire (EFSA) concluait exactement le contraire. Outre-Atlantique, l’Agence américaine de protection de l’environnement (EPA) rendra son avis demain, 16 mars, une semaine après la décision d’un tribunal californien qui avait refusé de le retirer de sa propre liste de produits cancérogènes.

La Commission européenne est aujourd’hui coincée entre la défiance croissante des consommateurs vis-à-vis des pesticides d’un côté, et, de l’autre, l’industrie chimique. Les règles internes, tant à l’EFSA qu’à l’ECHA, échouent à garantir l’absence de conflits d’intérêts de leurs experts avec l’industrie, et en particulier avec Monsanto.

La Commission européenne doit maintenant œuvrer pour la mise en place d’une équipe d’experts indépendants, financés par de l’argent public, dont les travaux suivront un protocole d’évaluation transparent et approuvé par la communauté scientifique internationale.

En attendant les résultats de cette étude toxicologique, la Commission européenne doit mettre en place un moratoire immédiat sur le glyphosate, en application du principe de précaution. Ce n’est pas pour rien que ce principe est inscrit dans les traités européens !

Le glyphosate conduit de toute façon à un modèle d’agriculture industrielle qui n’est pas en phase avec l’agriculture paysanne et locale que nous défendons. Continuons la mobilisation en signant l’Initiative citoyenne européenne contre le glyphosate !