" /> José Bové - Pour la désobéissance civique

Pour la désobéissance civique

Ouvrages > Pour la désobéissance civique
12 avril 2014

Depuis qu’il a été projeté sur le devant de la scène publique par ses actions d’éclat, José Bové n’a cessé d’être interpellé sur le thème Pourquoi n’allez-vous pas au bout de vos idées en les soumettant au vote des électeurs, en vous lançant dans la vraie politique ? Cette question, à ses yeux, montre que beaucoup n’ont pas compris les ressorts et la logique de son action : pour lui, la politique ne se réduit pas aux élections, on peut aussi - et surtout - contribuer à changer le monde par la désobéissance civile.



C’est cette incompréhension qui lui a donné envie, avec son vieux complice le journaliste Gilles Luneau, de rédiger cet essai qui retrace les grandes étapes de l’histoire mondiale de la désobéissance civile et explique son importance aujourd’hui quand un gouvernement encourage les intérêts privés aux dépens de tous et de la Terre, quand la loi privilégie l’intérêt particulier au détriment de l’intérêt général, quand la justice participe à la construction d’un ordre sécuritaire, que peuvent faire les citoyens pour que le droit redevienne l’outil de préservation du bien commun ? Il ne leur reste plus qu’à désobéir, quel qu’en soit le prix, pour défendre la démocratie. Organiser pacifiquement la résistance à l’injustice. La désobéissance civique, c’est le fait d’assumer individuellement un acte illégal qui s’inscrit dans une aspiration collective de Gandhi aux arracheurs d’OGM en passant par les femmes avortées et les déserteurs, elle est un acte politique qui oppose la légitimité à la légalité. Pour ses partisans, la désobéissance civique, au-delà du courage de dire non, c’est déjà dire oui à l’approfondissement de la liberté.