" /> José Bové - AFP- Bové (EELV) : Hollande doit « répondre à l’attente » et dénoncer l’accord UE-USA

AFP- Bové (EELV) : Hollande doit « répondre à l’attente » et dénoncer l’accord UE-USA

Copyright Agence France-Presse, 2014 All reproduction and presentation rights reserved.
Revue de presse > AFP- Bové (EELV) : Hollande doit « répondre à l’attente » et dénoncer l’accord UE-USA
2 avril 2014

José Bové, tête de liste Europe Écologie-Les Verts dans le Sud-Ouest pour les élections européennes, a estimé mardi que François Hollande devait « répondre à l’attente » après deux ans de « déception » traduite dans les urnes au premier tour des élections municipales, et dénoncer le projet d’accord de libre échange UE-USA.



« On a un gouvernement qui n’a pas entendu et qui n’a pas compris que les gens en avaient ras-le-bol de l’austérité, ce que vivaient les gens au quotidien, la question de l’austérité, du chômage. Les gens se sont sentis complètement laissés pour compte, ils attendaient vraiment quelque chose depuis deux ans et ce n’est pas arrivé, il y a eu cette déception, cette colère qui est montée qui est une mauvaise colère mais qui est compréhensible. Maintenant, François Hollande doit répondre à l’attente des gens », a déclaré M. Bové sur RFI.
M. Bové a de nouveau vigoureusement dénoncé le projet d’accord de libre-échange transatlantique actuellement négocié entre l’Union européenne et Washington. « On veut faire tomber les barrières douanières, on veut donner aux entreprises le pouvoir d’attaquer les législations de l’Europe ou des États si elles vont contre l’intérêt de l’entreprise, c’est incroyable. On veut mettre en place des normes sanitaires environnementales du travail qui seront en fait la volonté des entreprises qui s’imposeront aux États. Il faut que la France dise très clairement qu’elle refuse cet accord », a-t-il déclaré.
Or « non seulement, le gouvernement français est dans la négociation, mais il défend (le projet, NDLR). Quand François Hollande est allé aux États-Unis, il a demandé l’accélération du processus. On est complètement cinglés. Si M. Hollande, si Mme Nicole Bricq (ministre du Commerce extérieur, NDLR) continuent de défendre ce traité, on marche sur la tête. Comment veut-on que les Français comprennent quelque chose à la politique, que M. Hollande veut les protéger quand en même temps, il fait tout pour détruire tous les symboles et toutes les règles de protection », a insisté M. Bové.

Agence France-Presse