" /> José Bové - 2013 commence aujourd’hui !

2013 commence aujourd’hui !

Thématiques > Agriculture > 2013 commence aujourd’hui !
20 juillet 2010

Lundi 19 et mardi 20 juillet, se tient à Bruxelles une conférence » La PAC post-2013″. Elle s’inscrit dans la démarche de débat public autour de la prochaine réforme de la PAC initiée par Dacian Ciolos, le Commissaire Européen à l’agriculture et au développement rural. Avant la prochaine étape en novembre quand le commissaire publiera ses conclusions et les orientations du débat, retour sur cette conférence.



Dés la fin des années 1970, l’Europe a été incapable de corriger les problèmes structurels liés à un système agro-industriel orientés vers l’exportation et les prix les plus bas possibles. Pendant trois décennies, les responsables européens n’ont jamais été en mesure de prendre les décisions courageuses attendus par leurs concitoyens. La PAC n’a jamais été réellement réformée. De rustines en rustines, elle est devenue incompréhensible pour les consommateurs et injuste pour les paysans en cherchant à s’adapter à l’OMC. En 2010, Elle continue à détruire l’emploi, à polluer les sols et les nappes phréatiques, à concentrer les productions et à dévitaliser les territoires, et à fragiliser les paysanneries des pays du sud. L’initiative de M. Ciolos d’ouvrir largement la réflexion sur la réforme de la Politique Agricole Commune doit être saluée. Le dialogue entre toutes les parties prenantes est de plus en plus nécessaire pour répondre au défi alimentaire des prochaines décennies. Aujourd’hui, des prix rémunérateurs pour les paysans, la souveraineté alimentaire, la relocalisation des productions, la gestion des marchés, la régulation sont au cœur des débats. Ces mots avaient été bannis du vocabulaire des autorités européennes. De voir ces idées apparaître de nouveau est encourageant. Les crises sociales, environnementales auxquelles nous sommes confrontés ne sont pas inéluctables. Les réponses existent, cela me rend optimiste. Pour les faire avancer, M. Ciolos devra avoir de la ténacité et affronter des lobbies économiques. Les votes récents au Parlement européen, en particulier celui sur la viande clonée, sont autant de signes qui montrent que les députés souhaitent eux aussi appuyer une alimentation saine et naturelle.