" /> José Bové - Le sort des habitants de Notre-Dame-des-Landes entre les mains du Président de la République

Le sort des habitants de Notre-Dame-des-Landes entre les mains du Président de la République

Thématiques > Projets inutiles > Notre Dame des Landes > Le sort des habitants de Notre-Dame-des-Landes entre les mains du Président de la République
26 janvier 2016

Le couperet du Tribunal de Nantes est tombé : à la demande de VINCI, le promoteur du projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, les 11 familles d’habitants et les 4 agriculteurs installées sur le site sont désormais expulsables.

Le juge n’a pas répondu favorablement à la demande d’astreintes journalières du concessionnaire mais n’a pas non plus retenu la Question Prioritaire de Constitutionnalité (QPC) introduite par les opposants sur l’atteinte au droit du travail et au logement de cette expulsion, qui aurait pu suspendre la procédure de plusieurs mois.

Un délai de 2 mois a été accordé à huit des onze familles, mais les fermes, elles, sont tenues d’organiser le déplacement des troupeaux et de leur matériel. C’est absolument irréaliste ! Pas un paysan ne doit quitter Notre-Dame-des-Landes.

J’en appelle solennellement au Président de la République, François Hollande. Non seulement il ne doit pas faire procéder à l’évacuation des familles ou des fermes mais il doit renoncer au projet. Il est de son devoir d’apaiser la situation.

Des études alternatives sur l’aménagement de l’aéroport actuel de Nantes, la réduction des nuisances et l’amélioration des transports de l’ouest doivent être menées, car en aucun cas un projet vieux de quarante ans peut-être mis en œuvre sans réactualisation. Rappelons que cet aéroport a été pensé pour le Concorde, à une époque où le TGV n’existait pas !

Aujourd’hui, le contexte de réchauffement climatique a redéfini les priorités. L’avion, le recours aux énergies fossiles sont des solutions du passé pour lesquelles ne peuvent être sacrifiées une zone humide, réservoir de biodiversité, et des fermes et habitations rayées de la carte.