" /> José Bové - Nanos et santé : AVICENN sort un livre qui fait le point

Nanos et santé : AVICENN sort un livre qui fait le point

Thématiques > Agriculture > Nanotechnologie > Nanos et santé : AVICENN sort un livre qui fait le point
8 avril 2016
Lien vers le site des Editions Yves Michel

Le petit ouvrage publié par AVICENN (Yves Michel, 7€) arrive à point nommé pour nous informer de manière factuelle sur la réalité des nanoparticules en France. Les entreprises hexagonales utilisent plus de 400 000 tonnes de ces nano dans plus de 150 produits (plats cuisinés, bonbons, cosmétiques, vêtements…), soit plus de 6 kilos par habitant !

Ce qu’on sait des nanomatériaux ? Ils sont probablement dangereux. Plus petits qu’un virus ou qu’un globule rouge du sang, ils circulent dans notre corps sans que la recherche médicale sache bien comment et avec quels effets. Les industriels les utilisent pourtant sans cadre légal depuis plusieurs années en France. Leur seule obligation officielle : déclarer les quantités incorporées dans leurs produits et le type de nano en cause.

Pour le reste, les citoyens sont face à un manque total de transparence. Cela commence par l’étiquetage. Bien que les lois européennes obligent à indiquer la présence de nanos dans l’alimentation, vous n’en trouverez aucune trace sur l’emballage des produits ou dans les rayons de supermarché. Alors que dans les cosmétiques la mention [Nano] commence à se répandre, il n’est est rien pour l’agroalimentaire. Pourquoi ?

Les producteurs de nanos profitent des lenteurs administratives et de l’absence de cadre pour en produire le plus possible. Neuf d’entre eux, dont certains sont implantés en France, ont attaqué en justice l’Agence européenne des produits chimiques (ECHA) parce qu’elle leur demandait de l’information sur la teneur en nanos du dioxyde de titane. Cet additif alimentaire, autrement appelé E171, est classé cancérigène probable par l’OMS. J’ai plusieurs fois alerté et appelé à boycotter l’E171, présent dans les chewing-gums Hollywood et les M&Ms, entre autres.

L’association AVICENN veille pourtant au grain et vient de sortir un livre où vous en saurez davantage sur ce que l’industrie tente vainement de cacher. A l’heure où le Gouvernement ferme les espaces où l’on pouvait débattre des nanos dans un cadre libre et obtenir des réponses politiques claires, le travail d’AVICENN est plus que jamais d’utilité publique. Nous avons besoin d’appliquer le principe de précaution et retirer les nanos de notre alimentation !
L’industrie de la malbouffe nous prend tous de court et compte sur notre apathie pour continuer à nous submerger de nanos. Or l’action commence par une bonne information ! Tous chez vos libraires !