" /> José Bové - Sivens : Une mort inacceptable pour un projet aberrant

Sivens : Une mort inacceptable pour un projet aberrant

Thématiques > Projets inutiles > Barrage de Sivens > Sivens : Une mort inacceptable pour un projet aberrant
27 octobre 2014

Depuis le début du mois de septembre 2014 les accrochages entre des opposants à la construction d’un barrage d’irrigation et les forces de l’ordre sont allés en s’aggravant. A de nombreuses reprises, je me suis rendu sur place. Des élus écologistes du Conseil Régional Midi Pyrénées ont tenté en vain de faciliter le dialogue avec les autorités locales, politiques et préfectorales.

Dans la nuit de samedi à dimanche, suite à un grand rassemblement pacifiste de plusieurs milliers de personnes, les affrontements ont repris. Un jeune homme de 21 ans, étudiant en environnement, Rémi Fraisse est décédé vers 1 heure du matin. Je tiens à présenter mes condoléances à la famille de Rémi.

Les autorités françaises doivent mettre tout en oeuvre pourque la lumière soit faite sur les circonstances de ce drame. Et je ne comprends pas qu’en dépit des promesses faites à Noël Mamère, Cécile Duflot et la délégation des opposants reçue lundi en Préfecture, les forces de l’ordre aient été situées à proximité de cette manifestation samedi dernier.

Malgré la commande par Ségolène Royal d’un rapport 29 septembre 2014 à deux experts pour juger de la pertinence de ce projet et de safaisabilité financière, les travaux ont continué sur place, contribuant pendant tout le mois d’octobre à attiser les tensions et à jeter de l’huile sur le feu.

Ce rapport est déjà disponible sur le site de la Préfecture duTarn. Tous les lecteurs pourront constater que la majorité des critiques contre ce barrage est validée par les auteurs du rapport : il est surdimensionné, destructeur de la zone humide, basé sur des données obsolètes, en inadéquation avec l’évolution de l’agriculture locale, bénéficiant à une poignée de personnes. Par ailleurs le financement de ce projet repose sur des subventions publiques, en particulier européennes, qui sont loin d’être acquises.

Le Président du Conseil général du Tarn, monsieur Carcenac doit faire face à ses responsabilités et comprendre que ce projet n’a plus de sens. Il est fondamental d’apaiser les tensions et de revenir à la raison. MonsieurCarcenac doit prendre la décision de stopper ce barrage et la Déclaration d’Utilité Publique du barrage doit être annulée.

Sans attendre monsieur Bernard Cazeneuve, Ministre de l’intérieur doit ordonner le retrait de toutes les forces de maintien de l’ordre qui sont situées dans la zone de Sivens et exiger un arrêt des travaux.