" /> José Bové - L’élevage pris en otage par les margoulins

L’élevage pris en otage par les margoulins

Thématiques > Agriculture > L’élevage pris en otage par les margoulins
16 décembre 2013

Après la viande de cheval dans les lasagnes de l’affaire Spanghero du début de l’année, la viande mise en cause aujourd’hui dans le Sud de la France à Narbonne, son origine et sa traçabilité pourraient être plus préoccupantes car les prolongements pourraient être d’ordre sanitaire.
En effet, cette viande serait susceptible de provenir de chevaux ayant été utilisés dans le cadre de programmes scientifiques ou issus d’animaux traités aux anti-inflammatoires.



Le nombre de vétérinaires en charge du contrôle des abattoirs est en chute libre. En 2004, on en comptait 1650, il n’y en a plus que 1400 aujourd’hui. Les conséquences sont immédiates. Les possibilités de fraudes se multiplient. Le manque de scrupules d’une poignée d’escrocs jettent le discrédit sur l’ensemble de la filière animale. La dernière crise a entrainé la fermeture d’abattoirs, et de nombreux licenciements. Combien de personnes vont se retrouver sans emploi cette fois-ci ? Les répercussions vont bien au-delà du secteur chevalin. Les consommateurs n’ont plus confiance dans la viande. Ils attendent toujours de l’UE une traçabilité sans faille aussi bien pour la viande que pour les plats cuisinés.. Les producteurs sont également frappés. Ils éprouvent de plus en plus de difficulté à écouler leurs animaux à un prix couvrant leurs coûts de production.

Au cours de ces quinze dernières années, la restructuration de la filière d’abattage a entraîné la disparition de très nombreux petits abattoirs de proximité dont la plupart arrivaient pourtant à répondre aux normes sanitaires européennes. La course au gigantisme des abattoirs notamment liés aux plus grandes entreprises de l’agro-industrie, doit être stoppée. Ces usines où les conditions de travail sont extrêmement éprouvantes doivent être démantelées progressivement pour ré-installer des abattoirs de proximité, plus faciles à contrôler, plus proches des paysans et des consommateurs.

Le nombre de vétérinaires doit être augmenté pour qu’ils soient en mesure d’effectuer correctement leur mission et assurer la sécurité alimentaire de millions de consommateurs. Sans une amélioration des conditions de contrôle sanitaire, c’est l’ensemble de l’élevage français qui courent le risque d’être mis à l’index dans les autres pays de l’Union européenne.