" /> José Bové - Essai de Vignes OGM en Alsace : le gouvernement passe en force

Essai de Vignes OGM en Alsace : le gouvernement passe en force

Thématiques > Agriculture > OGM > Essai de Vignes OGM en Alsace : le gouvernement passe en force
18 mai 2010

Alors que commence au Sénat l’examen du projet de loi de modernisation agricole, le Ministre de l’Agriculture a annoncé aujourd’hui la signature d’un arrêté permettant, en Alsace, un nouvel essai en plein champs de vignes transgéniques.



José Bové et Sandrine Bélier, Députés européens d’Europe Écologie, dénoncent cette décision qui permet la reprise de l’essai de vignes transgéniques alors même que la première autorisation donnée pour des essais similaires avait fait l’objet d’une annulation par le Tribunal Administratif de Strasbourg en septembre 2009. Les Eurodéputés soulignent, d’autre part, qu’au cours du séminaire de l’Agence Nationale de la Recherche de novembre 2008 il avait été mis en évidence que l’essai n’obtenait pas les objectifs visés d’éradication du « court-noué ». l’INRA de Colmar reconnaissait la nécessité de travailler plus intensément sur les méthodes alternatives naturelles pour lutter contre cette maladie de la vigne. Pour José Bové, Vice-Président de la Commission Agriculture et Développement rural du Parlement européen : « Le court-noué est un problème agronomique et sanitaire qui doit être pris au sérieux, la Recherche dont les paysans ont besoin doit être orientée vers des alternatives multiples, issues des savoirs faire paysans et de leurs capacités d’organisation. Malheureusement, la loi de modernisation ne prend pas en compte les besoins fondamentaux pour l’avenir de l’agriculture en général et de la vigne dans ce cas particulier. » Sandrine Bélier, membre de la Commission Environnement du Parlement Européen « Alors que le gouvernement français ne cesse de communiquer sur la nécessaire préservation de la biodiversité, la signature de cet arrêté apparaît comme une nouvelle évidence du double langage gouvernemental. Dans une région qui a fait de la production du vin biologique une priorité et un fort axe de développement économique, cette décision risque de surcroît de fragiliser toute une filière et de dénaturer l’image des vins d’Alsace, nous demandons le retrait de cette autorisation inutile techniquement et contraire à l’intérêt public ».