" /> José Bové - Les Présidents des groupes politiques du PE s’opposent à la demande des Verts favorables à une commission spéciale sur les lobbies

Les Présidents des groupes politiques du PE s’opposent à la demande des Verts favorables à une commission spéciale sur les lobbies

Thématiques > Europe > Les Présidents des groupes politiques du PE s’opposent à la demande des Verts favorables à une commission spéciale sur les lobbies
11 avril 2013

Les présidents des groupes politiques du Parlement européen ont aujourd’hui rejeté une demande du groupe des Verts/ALE pour la mise en place d’une commission spéciale. La commission aurait examiné si, à la lumière du scandale « Dalligate », les règles concernant le comportement des lobbyistes et la prévention des conflits d’intérêts sont suffisantes et efficaces (1). Lors du vote dans la Conférence des présidents des groupes politiques du parlement, tous les autres groupes, à l’exception du groupe GUE (Gauche européenne), ont voté contre la proposition du groupe des Verts/ALE.



Rebecca HARMS Co-présidente du Groupe s’est ainsi exprimée à la sortie de la Conférence des Présidents du PE :

« Le rejet presque unanime de la mise en place d’une commission spéciale sur la révision du ‘Code de conduite’ pour les députés et les Commissaires européens ainsi que sur les règles existantes pour faire face aux lobbyistes ne correspond pas aux attentes des citoyens.

Les Présidents des groupes politiques du Parlement européen sont passés à côté d’une bonne occasion pour plus de transparence dans l’UE, transparence qui auraient pourtant assurer et renforcer la confiance des citoyens dans les institutions européennes. C’est précisément à cause de l’expérience du scandale du lobby du tabac et de l’ancien Commissaire européen à la santé, John Dalli et le rôle inexpliqué de l’industrie du tabac dans le processus législatif qu’une telle commission aurait constitué une étape responsable et nécessaire ».

Réagissant à l’issue de la réunion de la conférence des Présidents du Parlement européen, José BOVE, Vice président de la commission de l’agriculture a estimé que :

« La démocratie est de plus en plus menacée par les conflits d’intérêts et le manque de transparence comme le montre l’affaire Cahuzac en France. Le rejet de la demande du groupe des Verts au PE de mettre en place une commission spéciale visant à mieux comprendre le poids des lobbies à Bruxelles et à renforcer les moyens pour contrôler leurs activités est tout simplement incompréhensible. Les Présidents de groupe qui ont voté contre cette proposition souhaitent-ils que l’omerta continue ?

Cette réponse me désole mais nous n’en resterons pas là. Nous poursuivrons le travail que nous avons toujours mené pour éliminer l’influence des groupes de pressions industriels et financiers sur l’élaboration des réglementations européennes qui ont un impact direct sur la vie quotidienne de 500 millions de citoyennes et de citoyens ».

Bart STAES, Vice président de la commission du contrôle budgétaire du a pour sa part souligné le fait que :

« Les leaders des trois grands groupes politiques du Parlement européen sont passés à côté de la possibilité de maintenir la crédibilité du Parlement européen en matière des transparence, de bonne gouvernance et de prévention des conflits d’intérêts. Je le déplore parce qu’une fois de plus, nous risquons, en pleine crise, de perdre la confiance des citoyens dans les institutions européennes. »