" /> José Bové - Mardi 19 mai 2015, des acteurs clés de la...

Mardi 19 mai 2015, des acteurs clés de la...

Thématiques > Projets inutiles > Mardi 19 mai 2015, des acteurs clés de la...
1er juin 2015
Le même article sur le site des élus EELV au Parlement Européen

Mardi 19 mai 2015, des acteurs clés de la lutte contre l’accaparement des terres se sont retrouvés au Parlement européen de Strasbourg, sur invitation des eurodéputés Europe Ecologie Karima DELLI et José BOVE, et sous l’égide du leader indien des sans terres Rajagopal P.V.

A l’occasion de la venue exceptionnelle de Rajagopal P.V, figure emblématique de la lutte contre l’accaparement des terres agricoles en Inde, différents militants venus de toute la France ont pu échanger durant plus de deux heures sur leur combat contre les grandes entreprises privées comme publiques qui s’accaparent des ressources naturelles et du foncier pour leur seul bénéfice, au détriment de l’environnement et de l’intérêt général. Si à première vue la situation des paysans indiens paraît éloignée des problématiques françaises et européennes, la lutte contre l’accaparement des terres ne connaît pas de frontières. A Gwalior dans le Madhya Pradesh comme à Nonant-le-Pin, l’histoire se ressemble : des terres agricoles riches et fertiles sont utilisées par une entreprise pollueuse, symptôme des dérives de notre système de production.

Etaient notamment présents à la réunion Michel Kfoury et Sylvain Vaquez, fondateur et membre de Novissen, association qui lutte contre la ferme des 1000 vaches en Picardie, Brigitte et Sylvain Fresneau, agriculteurs qui luttent contre Notre Dame des Landes, Jean-Christophe Robert, de Filières Paysannes, association de promotion de l’agriculture et de l’alimentation locale basée dans le Sud de la France, Emilie Dehaudt et Noëlle Sandoz, qui se battent contre la décharge de Nonant-le-Pin, et Rajagopal P.V donc, fondateur et président d’honneur du mouvement indien de défense des sans terres Ekta Parishad. Après que chacun ait présenté le contexte de son action militante et la nécessité de lutter à l’échelle locale contre l’accaparement de terres, Rajagopal a présenté son combat international et non violent pour promouvoir un autre modèle de développement.

Les eurodéputés José Bové, Karima Delli, Pascal Durand et Eva Joly étaient présents pour relayer dans les couloirs et l’hémicycle du Parlement européen les paroles de ces lanceurs d’alerte, héros du quotidien luttant pour préserver leurs terres contre la boulimie foncière.

La conférence de Paris sur le climat de décembre 2015 sera une première étape pour faire converger toutes ces luttes et leur fournir un écho national et international, mais se prépare d’ores et déjà un forum social mondial spécialement consacré à l’accaparement des terres pour le premier semestre 2016 en Inde. Le combat continue.

Rajagopal a ensuite pu s’exprimer en soirée devant l’ensemble des eurodéputés du groupe des Verts/ALE au Parlement européen, afin de présenter sa nouvelle grande action internationale, une marche d’un million de paysans sans terres en Inde en 2020. En parallèle, une marche internationale se déroulera entre Delhi et Genève, afin d’interpeler les Nations Unies sur la nécessité de garantir l’accès à la terre pour les plus démunis. 25 000 sans terres indiens accompagnés de dizaines d’activistes internationaux ont marché en 2007. En 2012, ils étaient 100 000. En 2020, ils seront un million. Pour Rajagopal, il n’y a aucun doute, le combat d’Ekta Parishad pour un autre modèle de développement et la promotion d’une nouvelle relation des êtres humains vis-à-vis de la nature, basée sur la non violence et la philosophie gandhienne, rejoint pleinement les actions quotidiennes des écologistes européens. C’est pourquoi l’activiste indien a convié tous les eurodéputés présents à participer à sa future grande marche, car « en Europe comme en Inde, on se bat contre l’accaparement des terres ».