" /> José Bové - Brest : le stock de maïs empoisonné à la phosphine doit être détruit

Brest : le stock de maïs empoisonné à la phosphine doit être détruit

Thématiques > Commerce international > Brest : le stock de maïs empoisonné à la phosphine doit être détruit
16 janvier 2017

Depuis le 16 décembre dernier, une cargaison de 25 500 tonnes de maïs provenant de Roumanie, empoisonné à la phosphine, un biocide antiparasite extrêmement toxique et interdit en France, est entreposé dans le port de Brest.

La sonnette d’alarme avait alors été tirée par les dockers qui découvrent les capsules de fumigène du biocide en cours de déchargement. Pourtant, une partie de la livraison a déjà rejoint l’usine de Nutréa-Triskalia à Plouisy, ce maïs étant destiné à l’alimentation animale.

Visiblement les autorités n’ont pas fait leur travail. Elles auraient dû analyser cette cargaison de maïs traité à la phosphine, un produit interdit en France, avant de laisser les dockers et les ouvriers du port s’en approcher.

Certains douaniers refusent de descendre dans les cales des bateaux de peur d’être empoisonnés. Il faut que ces hommes soient équipés et formés pour pouvoir remplir leur mission de service public.

Selon la FAO, la phosphine peut entraîner de graves complications neurologiques, respiratoires et cardiaques. À de fortes concentrations, elle est mortelle, comme l’a révélé le décès d’un marin roumain en 2008. Les salariés du port et de Triskalia ont donc été mis en danger.
Cette cargaison de maïs doit être détruite sans délais, y compris la partie déjà livrée jusqu’à l’usine de Triskalia.

Le Secrétaire d’Etat en charge du Commerce Extérieur, Matthias Felk, doit saisir au plus vite la Commission Européenne pour que ce produit, interdit en France, le soit également dans le reste de l’Europe. Nous ne pouvons pas accepter que des travailleurs soient mis sciemment en danger. La réglementation doit être la même pour tous, car la phosphine est hautement toxique que l’on soit en France, en Roumanie, ou dans n’importe quelle partie du monde.