" /> José Bové - Stéphane Le Foll doit interdire le projet aberrant de la ferme des 1000 Vaches

Stéphane Le Foll doit interdire le projet aberrant de la ferme des 1000 Vaches

Thématiques > Agriculture > PAC > Stéphane Le Foll doit interdire le projet aberrant de la ferme des 1000 Vaches
28 mai 2014

Démontage de la ferme des 1000 vaches - Stéphane Le Foll doit interdire ce projet aberrant



Le 28 mai au matin, le collectif citoyen et les paysans de la Confédération paysanne ont démonté la salle de traite de la ferme des 1000 vaches. Installée dans les Communautés de Communes d’Abbeville et de Nouvion dans le département de la Somme, cette exploitation agricole industrielle créée de toute pièce et soutenue à bout de bras par des subventions publiques a catalysé l’opposition des populations environnantes.

Pour José Bové - Député européen - Vice-Président de la Commission de l’Agriculture du Parlement européen

Je félicite la Confédération paysanne pour la détermination avec laquelle elle mène le combat pour une agriculture paysanne et contre les grands projets inutiles.

Après des mois de tergiversations et d’augmentation de la contestation locale, je demande à M Stéphane Le Foll et à Mme Ségolène Royal d’interdire ce projet en contradiction totale avec les propos du ministre de l’Agriculture qui n’a pas arrêté pendant la campagne électorale européenne de dire qu’il fallait tourner le dos à l’agriculture productiviste. C’est une opportunité qu’ils doivent saisir pour traduire leurs paroles en actes.

Après l’arrêt du projet de Nonant le Pin, (décharge sur 165 hectares de terre agricole), l’heure est venue d’installer des paysans et pas des agro businessmen.

Pour Karima Delli - Euro députée du Nord-Ouest

Particulièrement attentive à cette question depuis des années, je me réjouis avec Michel Kfoury, Président de Novissen, de cette action de la Confédération paysanne qui place le gouvernement face à ses responsabilités. Le projet des 1000 vaches est une aberration économique, environnementale et sociale. Il n’est plus possible soutenir des industriels du BTP comme Monsieur M. Ramery quand des paysans n’arrivent plus à joindre les deux bouts