" /> José Bové - L’Europe piétine les « Resto du cœur »

L’Europe piétine les « Resto du cœur »

Thématiques > Agriculture > L’Europe piétine les « Resto du cœur »
23 juin 2011

Vingt cinq ans après le décès de Coluche qui a tant milité pour la création des « restau du cœur », l’Europe vient de prendre une décision sinistre et lourde de sens.



Selon, la FAO, près de 80 millions de citoyens des 27 états membres ne disposent pas des moyens financiers suffisants pour accéder à une alimentation équilibrée tous les jours de l’année. Pour nourrir leur famille, ils n’ont pas d’autres solutions, comme en France, de se tourner vers des associations caritatives qui dépendent de l’aide communautaire. L’Europe les contraint à serrer leur ceinture d’un nouveau cran.

Le budget consacré aux distributions alimentaires vient d’être divisé par 5, passant de 500 millions d’euros en 2011 à 113 millions. Jusqu’à ces dernières années, l’Europe puisait dans stocks d’intervention pour remplir ses obligations. La hausse des cours des matières premières a entrainé la disparition de ces réserves facilement mobilisables. Pour faire face à cette évolution prévisible la Commission européenne n’avait pas d’autres possibilités que s’approvisionner au prix fort auprès des entreprises. L’Allemagne, qui n’a jamais accepté de s’inscrire dans ce dispositif, a dénoncé cette pratique auprès de la Cour Européenne de Justice qui lui a donné raison au mois d’avril 2011. Le Conseil européen a été incapable d’imaginer une alternative acceptable. Il n’en a d’ailleurs pas montré la volonté.

La hausse vertigineuse des prix induite par la spéculation et par le détournement des productions végétales vers les agro-carburants, précipite les citoyens les plus démunis dans la misère.

Alors que des millions de familles qui vivent dans la précarité et dans la pauvreté, cette décision est absolument cynique. Les gouvernements européens, et celui de l’Allemagne en particulier, n’ont visiblement pas pris la mesure de la détresse des centaines de milliers de manifestants qui clament leur colère contre les plans d’austérité. Des pans entiers de la solidarité européenne sont sabrés les uns après les autres. Certaines femmes et certains hommes politiques soufflent sur les braises. Attention aux retours de flammes ! Mais que vont-ils faire des 400 millions d’euros qu’ils viennent d’économiser en catimini ? Financer le programme nucléaire ITER ?