" /> José Bové - De l’urgence d’interdire certains pesticides, et plus largement d’agir au niveau européen

De l’urgence d’interdire certains pesticides, et plus largement d’agir au niveau européen

Thématiques > Agriculture > De l’urgence d’interdire certains pesticides, et plus largement d’agir au niveau européen
24 janvier 2013

A la veille d’un débat clé au Parlement européen sur le déclin sévère des populations d’abeilles et de l’impact des insecticides, les Verts au PE ont appelé à une interdiction immédiate des insecticides controversés que sont les néonicotinoïdes et autres neurotoxines systémiques.



Suite à la publication par l’Agence Européenne de Sécurité des Aliments (AESA) et par l’Agence européenne environnementale de rapports R [1] confortant les inquiétudes quant aux néconicotinoïdes, les Verts au PE estiment disposer de suffisamment de preuves pour leur interdiction.

Suite au lancement de la campagne des Verts « Donner une chance aux abeilles » [2], Sandrine BELIER, membre de la Commission Environnement, Santé publique et Sécurité Alimentaire, déclare :

 » En tant que « bio-indicateurs » de l’état de la planète, les abeilles jouent un rôle important pour notre écosystème et également pour notre économie. Mais comme le soulignaient les pétitionnaires reçus en début de semaine au Parlement européen, les menaces sont multiples – usage répandu d’insecticides, contamination du miel par les organismes génétiquement modifiés (OGM)… Les conclusions des deux agences européennes ne sont pas une surprise puisque les scientifiques et les apiculteurs tirent la sonnette d’alarme depuis près de vingt ans. Aujourd’hui, la seule action responsable est d’aller de l’avant en interdisant la commercialisation des néonicotinoïdes et autres neurotoxines systémiques. Compte tenu de la toxicité et de la longue demi-vie de ces substances dans l’environnement, ainsi que de leur impact désastreux sur les abeilles, cette interdiction pure et simple serait l’option la plus prudente pour la santé des abeilles et des citoyens européens.

José BOVE, Vice-président de la Commission Agriculture ajoute :

« Je me félicite des avis émis par l’EFSA sur trois pesticides (néonicotinoïdes), connus en France sous les noms de Cruiser, Gaucho, et Cheyenne. Ces opinions confirment ce que nombreux apiculteurs clament sur les toits depuis des années, ces pesticides déciment les essaims d’abeilles. Le Commissaire Tonio Borg doit résister aux pressions de Bayer et de Syngenta qui ne vont pas manquer de monter au créneau pour continuer à écouler leurs poisons. Il appartient maintenant au Conseil des Ministres de l’Environnement puis à la Commission européenne de prendre des mesures rapides pour que ces produits soient interdits à la vente dans les 27 états membres. Ils doivent bien entendu être interdits également à l’exportation. »

[1apport de l’Agence Européenne de Sécurité des Aliments sur les néonicotinoïdes : http://www.efsa.europa.eu/en/press/news/130116.htm
Rapport de l’Agence Européenne de l’Environnement – Late Lessons 2 : www.eea.europa.eu/publications/late-lessons-2

[2Les Verts/ALE ont lancé une campagne afin de promouvoir et développer l’action de l’Union européenne pour les abeilles. Plus d’information sur la campagne « Donner une chance aux abeilles » à http://www.greens-efa.eu/give-bees-a-chance-9012.html