" /> José Bové - Rocard : le Larzac perd un ami

Rocard : le Larzac perd un ami

Thématiques > Europe > Rocard : le Larzac perd un ami
4 juillet 2016

« Il faut constamment sortir des formes de contestation tolérées par le système, puisque ce sont des formes inefficaces, et qu’il faut constamment faire déboucher une lutte partielle vers des objectifs plus généraux qui la dépasse. (…) Cette lutte est politique en ce qu’elle n’accepte pas la limitation à un secteur donné mais pose la question du pouvoir central, en fonction des intérêts qu’il sert. » Dès les années 1970, Michel Rocard ciselait cette phrase pour la préface du livre de Bernard Lambert, leader des Travailleurs paysans, « les Paysans dans la lutte des classes ». Il est resté fidèle à ce principe de subversion constructive. Ce radicalisme et cette liberté de ton faisaient de Michel Rocard un homme politique à part. Dans les années 1960, il n’a pas hésité à s’opposer à la guerre en Algérie et à dénoncer le fait colonial. Et c’est tout naturellement qu’il a été présent dans la lutte contre l’extension du camp militaire du Larzac.

Les échanges entre Michel Rocard et les habitants du plateau ont toujours été dense. En 1973, il est là pour le premier grand rassemblement de soutien et reviendra même dès l’année suivante. Sa ville de Conflans-Sainte-Honorine est jumelée avec Costeraste, une des premières fermes acquises par le Groupement Foncier Agricole pour multiplier les propriétaires et freiner l’avancée de l’armée. En décembre 1980, les paysans s’installent sous la Tour Eiffel pour demander l’arrêt du projet. Il fournit aux manifestants les équipements qui leur permettent de tenir dans le froid de l’hiver. Lorsque le campement est expulsé par les forces de l’ordre, il envoie une péniche, qu’il fera amarrer face à l’Assemblée Nationale, pour accueillir les familles.
Devenu Ministre du Plan et de l’Aménagement du Territoire de François Mitterrand, Michel Rocard n’oublie pas le plateau du Larzac. Il revient fin 1981, pour l’inauguration de la bergerie de La Blaquière, en compagnie du Préfet de Région et du Secrétaire d’Etat à l’Agriculture. Bergerie construite sans permis pendant la lutte contre l’extension du camp, financée par le refus de payer l’impôt, son inauguration par le Ministre d’Etat est une reconnaissance de cette lutte non-violente et de la désobéissance civique des paysans du Larzac.

En 2003, il fera partie des voix qui saluent le rassemblement altermondialiste contre l’Organisation Mondiale du Commerce. Il considère cet événement comme la continuité de l’histoire militante de ce territoire.

Fidèle soutien de la lutte kanak, la communauté larzacienne est très sensible en 1988, à son rôle actif dans la signature des Accords de Matignon, qui fixe clairement un processus d’autodétermination et la marche vers l’indépendance de la Kanaky. On reconnaît son influence dans le préambule : « La colonisation a porté atteinte à la dignité du peuple kanak qu’elle a privé de son identité. Des hommes et des femmes ont perdu dans cette confrontation leur vie ou leurs raisons de vivre. De grandes souffrances en ont résulté. Il convient de faire mémoire de ces moments difficiles, de reconnaître les fautes, de restituer au peuple kanak son identité confisquée, ce qui équivaut pour lui à une reconnaissance de sa souveraineté, préalable à la fondation d’une nouvelle souveraineté, partagée dans un destin commun. »

L’une de nos dernières rencontres date de l’été 2008. Dans un restaurant, place des Invalides, nous avons discuté à bâtons rompus de ces luttes communes et de nos convictions profondes pour l’Union européenne dont il a été député pendant de nombreuses années, et pour l’écologie, également au cœur de ses préoccupations. Hasard des agendas, c’est encore habité de cet échange, que je rencontre quelques heures plus tard Dany Cohn Bendit pour jeter les prémisses d’Europe Ecologie et de mon engagement au Parlement Européen. Aujourd’hui, ses enseignements et ses engagements résonnent encore dans nos luttes.