" /> José Bové - PEAD : les Verts au PE font des propositions concrètes et demandent une solution au niveau européen

PEAD : les Verts au PE font des propositions concrètes et demandent une solution au niveau européen

Thématiques > Agriculture > PEAD : les Verts au PE font des propositions concrètes et demandent une solution au niveau européen
21 octobre 2011

Ce 20 octobre 2011, le Conseil des ministres européens de l’agriculture a refusé de voter l’évolution du programme d’aide aux plus démunis (PEAD). En Europe plus de 18 millions de personnes dépendent des distributions alimentaires pour nourrir leur familles.



En France, 3,5 millions de personnes sont aidées par les diverses associations. A ce nombre inacceptable s’ajoute un nombre difficile à estimer de personnes qui pour des raisons variées ne font pas les démarches nécessaires pour avoir accès aux banques alimentaires. Les personnes âgées isolées, les étudiants précarisés et les agriculteurs frappés par la crise économique comptent parmi les populations les plus vulnérables.

Les Banques Alimentaires, la Croix Rouge française, les restaurants du Cœur et le Secours Populaire français ont déclaré conjointement dans une lettre ouverte « qu’une catastrophe alimentaire est désormais à craindre sur notre continent ».

L’échec d’hier est dramatique. L’Europe est en panne, la machine est grippée. Le ministre de l’Agriculture Bruno Lemaire, malgré ses propos rassurants, s’est révélé absolument incapable de convaincre la poignée de ses collègues qui s’opposent à la proposition de la Commission européenne et à la volonté du Parlement européen. Le revers est cinglant.

70 ans après la fin de la seconde guerre mondiale, 18 millions de personnes en Europe survivent avec des tickets de rationnement. C’est situation est déjà tout simplement inacceptable. Que cette bouée de sauvetage puisse leur être retirée en pleine tempête est pour moi absolument inconcevable.

En attendant qu’une solution soit trouvée au niveau européen, le gouvernement français doit réunir d’urgence une table ronde avec l’ensemble des organisations concernées pour mettre en place un dispositif efficace de substitution. Ce plan doit voir le jour rapidement ; c’est un préalable indispensable, avec les 72 millions nécessaires pour débloquer la situation.

Pour information : en pièce jointe, vous trouverez une lettre co-signée, par Mme Marije Cornelissen et M. José Bové, à l’attention de la Présidence polonaise Food aid letter Cornelissen Bove Minister Fedak