" /> José Bové - Manifestation devant BASF contre la pomme de terre transgénique

Manifestation devant BASF contre la pomme de terre transgénique

Thématiques > Agriculture > OGM > Manifestation devant BASF contre la pomme de terre transgénique
19 mai 2010

Mardi 18 mai 2010, un collectif d’organisations allemandes, Les Amis de la Terre, Grünen, ABL, et Bioland (collectif de producteurs bio) s’étaient donnés rendez-vous à Ludwighaffen pour dénoncer les risques environnementaux et sanitaires liés à l’utilisation de la pomme de terre transgénique AMFLORA de BASF.



Trois députés européens – Rebecca HARMS, José Bové et Martin HAÜSLING sont venus de Strasbourg pour dénoncer la décision de M. Baroso et de M. Dalli, Commisssaire européen chargé des Consommateurs. Cette nouvelle variété de pomme de terre AMFLORA, mise au point il y a plus d’une dizaine d’année vise à augmenter la teneur en amidon des tubercules. Elle est destinée à l’industrie de la pâte à papier et permettra d’obtenir des feuilles plus lisses. L’autorisation d’AMFLORA entrainera une contamination de l’ensemble de l’approvisionnement alimentaire en Europe. Il est en effet absolument impossible lors de la récolte de retirer la totalité des tubercules se trouvant dans le sol. Les repousses les années suivantes sont une évidence et rien ne permettra donc de garantir des filières sans OGM. Une nouvelle fois les consommateurs se voient dénier deux droits essentiels ; savoir ce qu’ils achètent et contrôler ce qu’ils consomment. La Commission passe en force sans avoir pris le temps de réaliser des tests réels pour la santé. Lors de cette manifestation José Bové a vivement critiqué cette décision de la Commission qui n’avait pourtant plus accordé d’autorisation de mise en culture depuis 10 ans lorsqu’elle avait acceptée le maïs MON 810. Il a également dénoncé la stratégie de Barroso qui souhaite renationaliser la question des OGM, laissant à chaque pays le soin d’autoriser ou d’interdire de nouvelles variétés. « En se défaussant ainsi d’une de ses responsabilités sur les états, la Commission européenne créera plus de problèmes qu’elle n’en résoudra. C’est la stratégie de la fuite en avant…. Dans un marché unique, comment en effet contrôler les échanges entre des pays qui auront pris des positions différentes voire antagonistes ? Par ailleurs, la position européenne sera intenable sur la scène internationale et en particulier à l’OMC. Certains pays membres courront en effet le risque d’être traîner devant l’Organe de Règlements des Différents (ORD) de l’OMC. Dans ce cas, quelle sera la position du Commissaire européen ? » Le traité de Lisbonne crée la possibilité d’organiser des initiatives citoyennes. José Bové a suggéré aux associations à l’initiative de la manifestation devant BASF d’envisager la possibilité d’utiliser cette nouvelle possibilité, sans écarter les actions collectives de désobéissances civiques.