" /> José Bové - Varsovie, le sommet du climat au pays du gaz de schiste

Varsovie, le sommet du climat au pays du gaz de schiste

Thématiques > Climat et énergie > Varsovie, le sommet du climat au pays du gaz de schiste
11 novembre 2013

Pour la troisième fois, depuis 2011, je vais en Pologne, pour soutenir les paysans et les habitants en lutte contre les projets de forages de gaz de schiste des multinationales pétrolières et en particulier ceux du géant américain Chevron. Depuis le 1er de juin, la population de Zurawlow résiste jour et nuit contre les tentatives de l’entreprise de réaliser des tests sismiques. Chevron a déposé plainte le 8 novembre 2013 contre ces femmes et ces hommes. Avec eux, nous rejoindrons Varsovie où se tient la conférence annuelle de l’ONU sur le climat. Le mouvement social sera présent pour maintenir la pression sur les Etats. Nous participerons à la manifestation le samedi 16 novembre dans les rues de Varsovie pour réclamer que des mesures urgentes et efficaces soient prises pour lutter contre le réchauffement climatique.



Les enjeux de Varsovie

La conférence de Varsovie a pour objectif de préparer les bases et de fixer le calendrier de la négociation pour la signature d’un accord global mondial à Paris en 2015. Les sujets de discorde ne manquent pas : limitation des émissions de gaz-à-effet-de-serre notamment des principaux pays émetteurs comme l’Europe, la Chine ou les USA, fonctionnement du fond pour l’aide à l’adaptation au changement climatique ou encore la mise en place d’une indemnisation pour les pays du Sud impactés par les pollutions du Nord qui ont entrainé ce dérèglement climatique.

Le dernier rapport du GIEC a confirmé une augmentation inquiétante des émissions de gaz à effet de serre, principaux responsables du changement climatiques, générés par l’activité humaine. Pour les scientifiques, l’urgence est de prendre des mesures politiques radicales pour que le réchauffement n’excède pas les 2°C. Hélas, après des années d’inertie et d’égoïsme des états les plus influents, ce seuil semble déjà difficile à ne pas dépasser : le « Climate Action Tacker », annonce une augmentation moyenne des températures de 3,3°C d’ici 2100.

Les pays européens en ordre dispersés

140 groupes, mouvements et réseaux du monde entier dénonce la volonté de l’UE d’ étendre les marchés du carbone aux profits des plus grands pollueurs. Parmi les « partenaires » de la COP19, explique la déclaration, on trouve le groupe énergéticien polonais PGE, dont la centrale au charbon de Belchatow était le plus gros émetteur de CO2 et le plus grand bénéficiaire de quotas gratuits en 2012. Encore une fois, l’Europe se laisse-t-elle dicter sa politique par des intérêts privés au mépris de la démocratie ?

Une nouvelle fois les pays de l’Union Européenne arrivent en ordre dispersé Plusieurs pays, France et Allemagne en tête, ont définis unilatéralement leurs niveaux de transferts financiers pour le fond d’adaptation au changement climatique.

L’Europe souffre d’une absence de position commune sur l’énergie. Elle doit définir un bouquet énergétique, l’interconnexion des réseaux pour la circulation de l’énergie et sa distribution. Cela passe par la sécurisation des approvisionnements, notamment en Europe de l’Est. Nous ne pouvons plus laisser la Pologne ou la Lituanie négocier seules avec la Russie leur approvisionnement en gaz.

L’Union Européenne doit trouver l’ambition d’une politique volontariste face aux dérèglements climatiques qui passera par la conversion écologique de la gestion énergétique. Réduction de la consommation, amélioration des équipements (dans le transport, dans l’habitat), développement des énergies renouvelables : nous connaissons déjà les solutions !

2015 : la Conférence de l’ONU sur le Climat se déroule à Paris

La France accueillera en 2015 la Conférence internationale qui doit déboucher sur la signature d’un accord mondial contraignant sur le plan légal.

Nous, citoyens, militants, élus avons la responsabilité de préparer cet événement pour que nos voix soient entendues et obtenir la mise en place de mesures efficaces. Ensemble, nous pouvons résister, au Sud comme au Nord, et construire les alternatives nécessaires que nous impose le réchauffement climatique.