" /> José Bové - Réforme de la PAC Eurosceptiques, Conservateurs, Libéraux et certains Socialistes sur le point de tuer leur propre création : la réforme qu’ils ont rendue vide de sens.

Réforme de la PAC Eurosceptiques, Conservateurs, Libéraux et certains Socialistes sur le point de tuer leur propre création : la réforme qu’ils ont rendue vide de sens.

Thématiques > Agriculture > PAC > Réforme de la PAC Eurosceptiques, Conservateurs, Libéraux et certains Socialistes sur le point de tuer leur propre création : la réforme qu’ils ont rendue vide de sens.
31 mars 2014

Les Eurosceptiques, les Conservateurs, les Libéraux et certains Socialistes ont annoncé leur volonté de rejeter lundi 7 avril, au sein de la commission de l’agriculture du Parlement européen, les actes délégués proposés par la Commission européenne pour mettre en œuvre la réforme de la PAC votée en fin d’année dernière.



José Bové, vice-président de la commission de l’Agriculture du PE a estimé que :

Les seuls arguments avancés par cette coalition sont : trop de bureaucratie et trop de pouvoir à la Commission européenne. En réalité, ce sont les amendements qu’ils ont déposés et votés tout au long du processus de codécision avec le soutien de certains États qui ont conduit cette réforme vide de sens vers une complexité qu’ils dénoncent maintenant. La vérité est que cette entente conservatrice veut tout faire pour finir de tuer le peu qu’il reste encore du « verdissement » de base, de la conditionnalité agro-écologique des aides directes et des orientations vers l’agro-biodiversité proposés au démarrage des discussions.

Ce sont les mêmes qui veulent rejeter les outils qui, dans le développement rural, donneraient plus de liberté d’action aux États membres et permettraient à la fois la sauvegarde de la biodiversité et l’augmentation de la distribution locale.

Les Conservateurs veulent maintenir à bout de bras une agriculture industrielle avec toujours plus de monocultures, de pesticides et d’OGM, d’élevages intensifs dopés aux antibiotiques et au final, moins de bien-être animal, de biodiversité cultivée, de qualité des produits agricoles proposés aux consommateurs.

Nous ne participerons pas à cette ultime manœuvre de diversion contre la nécessaire adaptation des pratiques agricoles aux effets destructeurs du bouleversement climatique. »