" /> José Bové - Algues vertes : l’Europe condamne, la Bretagne va encore ramasser

Algues vertes : l’Europe condamne, la Bretagne va encore ramasser

Thématiques > Agriculture > Algues vertes : l’Europe condamne, la Bretagne va encore ramasser
17 juin 2013

Les communes du littoral breton, plus particulièrement celles de la baie de Saint-Brieuc, ironiquement appelée « baie des cochons » au vu des concentrations d’élevages porcins dans son arrière-pays, peuvent préparer les pelleteuses : les algues vertes seront sans doute encore sur leurs plages cet été.
Car le gouvernement français ne fait rien pour empêcher la répétition des marées vertes.



Le 13 juin, La Cour de justice européenne a condamné une nouvelle fois la France sur la question des nitrates. Elle constate le manquement de l’État, dans le mesure où il n’a pas pris les mesures nécessaires permettant de respecter toutes les obligations découlant de la directive de 1991 sur la protection des ressources en eau.

Malgré des avertissements à répétitions et la mobilisation des associations de protection des ressources naturelles, les gouvernements français successifs ne réagissent qu’à la marge, sous la pression des lobbies de l’agriculture intensive : les apports d’azote agricole en Bretagne ont été multipliés par six depuis les années 60 et doublés depuis la fin des années 90.

La Commission ne devrait pas tarder à introduire un nouveau recours demandant des sanctions financières : plusieurs milliers d’euros d’astreintes journalières pourraient être exigées.

Le désastre environnemental se couple au désastre social : entre 2000 et 2010, la Bretagne a perdu près du tiers de ses fermes, cependant que son industrie agroalimentaire, à l’image du groupe volailler Doux, sombre plus ou moins brutalement.

Un modèle agricole sans avenir : il est temps pour le gouvernement français de réagir. Et dans un premier temps de se conformer aux réglementations européennes relatives à la qualité des eaux.