" /> José Bové - Marché local contre global market

Marché local contre global market

Thématiques > Agriculture > Marché local contre global market
26 octobre 2009

Sur la planète, aujourd’hui, 90 % des productions agricoles sont consommées localement et ne participent pas au commerce mondial transfrontalier. Les échanges restent donc majoritairement nationaux. L’organisation Mondiale du Commerce a imposé les règles internationales à l’ensemble des transactions commerciales agricoles et de ce fait elle a imposé des politiques agricoles axées sur le développement des cultures d’exportation.



Cette politique libérale a mis en concurrence 1400 millions de paysans qui travaillent à la main avec 25 millions d’agri-managers sur-mécanisés. Face à cette logique qui privilégie les intérêts des multinationales de l’agro-alimentaire, nous proposons la souveraineté alimentaire. L’Union européenne doit permettre aux pays du sud de construire leur développement agricole centré autour de productions vivrières . L’objectif de la souveraineté alimentaire est de nourrir les populations locales avec des produits locaux, adaptés aux conditions agro-climatiques locales et répondant aux habitudes culinaires des différentes cultures. Cela passe par le développement d’une agriculture paysanne familiale, autonome, productrice d’énergie et créatrice d’emplois, s’appuyant sur des techniques agraires adaptées aux contextes locaux. Cette reconstruction de l’agriculture locale et vivrière doit pouvoir se faire à l’abri, si nécessaire, de barrières douanières.