" /> José Bové - Audition du Commissaire désigné à l’agriculture M. Dacian Ciolos – Questions posées par M. José Bové

Audition du Commissaire désigné à l’agriculture M. Dacian Ciolos – Questions posées par M. José Bové

Thématiques > Agriculture > Audition du Commissaire désigné à l’agriculture M. Dacian Ciolos – Questions posées par M. José Bové
15 janvier 2010

Question climat

L’agriculture européenne est très dépendante des énergies fossiles et 900 millions de tonnes de gasoil sont ainsi utilisées chaque année dans ce secteur ce qui représente près de 2 tonnes par habitant européen. Elle est responsable globalement de plus de 20 % des émissions de gaz à effet de serre de l’Union. La PAC a toujours poussé un modèle d’agriculture industrielle et productiviste. Elle a favorisé les techniques les plus préjudiciables pour l’environnement, érosion des sols, dégradation des eaux et perte de biodiversité et émission de carbone. Des paysans ont défriché d’autres voies en relocalisant leurs productions et utilisant au mieux les potentialités agro-écologie de leur territoire. Ces efforts ont souvent été réalisés sans appui des services de recherche et de développement des états. Je pense entre autre à ceux qui ont abandonné le maïs ensilage et se sont tournées vers la production herbagère. Ces solutions ont prouvé leur efficacité économique et agronomique. Elles apportent également une réponse au réchauffement climatique. Dans ces conditions, quelles mesures envisagez-vous, pour réorienter la Politique agricole Commune vers des pratiques agricoles qui, comme vous l’affirmez dans votre Communication aux membres, doivent permettre aux paysans de réduire leurs émissions de carbone ? L’agriculture européenne est très dépendante des énergies fossiles et 900 millions de tonnes de gasoil sont ainsi utilisées chaque année dans ce secteur ce qui représente près de 2 tonnes par habitant européen. Elle est responsable globalement de plus de 20 % des émissions de gaz à effet de serre de l’Union. La PAC a toujours poussé un modèle d’agriculture industrielle et productiviste. Elle a favorisé les techniques les plus préjudiciables pour l’environnement, érosion des sols, dégradation des eaux et perte de biodiversité et émission de carbone. Des paysans ont défriché d’autres voies en relocalisant leurs productions et utilisant au mieux les potentialités agro-écologie de leur territoire. Ces efforts ont souvent été réalisés sans appui des services de recherche et de développement des états. Je pense entre autre à ceux qui ont abandonné le maïs ensilage et se sont tournées vers la production herbagère. Ces solutions ont prouvé leur efficacité économique et agronomique. Elles apportent également une réponse au réchauffement climatique. Dans ces conditions, quelles mesures envisagez-vous, pour réorienter la Politique agricole Commune vers des pratiques agricoles qui, comme vous l’affirmez dans votre Communication aux membres, doivent permettre aux paysans de réduire leurs émissions de carbone ?

Question OGM

Un nombre significatif d’études dont notamment les conclusions finales du programme européen CoExtra tendent à démontrer ou démontrent potentiellement l’impossibilité de coexistence entre les cultures non OGM et OGM ainsi qu’un fonctionnement complexe des filières qui en découlent particulièrement pour les productions et produits biologiques. Comment entendez-vous appréhender ce dossier pour préserver en Europe la liberté de choix des agriculteurs qui ne veulent pas recourir à cette biotechnologie et des filières agro-alimentaires qui veulent pouvoir proposer des produits sans OGM aux citoyens qui majoritairement sont opposés à leur consommation ?

Question Roquefort

Vous avez mis en avant le débat sur les AOC et le soutien que vous entendez leurzapporter. Or, aujourd’hui, après le récent accord sur la résolution du conflit Union Européenne-Etats-Unis sur l’importation des viandes hormonées en Europe, reste encore comme ultime sanction financière la sur-taxation sur le fromage de Roquefort ? Entendez-vous vous saisir de ce problème pour y mettre fin dans les meilleurs délais ? » A l’heure où nous publions le texte de ces questions orales posées le 15 janvier en commission, nous ne disposons pas encore de la vidéo de séance, ainsi que les réponses de Dacian Ciolos, mais la mettrons en ligne dès que possible. »