" /> José Bové - Aides publiques aux aéroports : plus de transparence et plus de cohérence sont nécessaires

Aides publiques aux aéroports : plus de transparence et plus de cohérence sont nécessaires

Thématiques > Climat et énergie > Aides publiques aux aéroports : plus de transparence et plus de cohérence sont nécessaires
17 juin 2015

Début juin, l’association Anticor Hérault a révélé que les aides publiques accordées à l’aéroport de Montpellier par plusieurs collectivités locales du Languedoc-Roussillon, dont l’Agglomération de Montpellier, profitaient largement à la compagnie low cost Ryanair[1].

En charge des Transports au Parlement européen, la députée européenne EELV Karima Delli s’est saisie du dossier et doit alerter la Commission européenne de la situation.

Un premier pas a déjà été fait en pointant du doigt l’opacité des subventions qui dérogent au droit européen dans la mesure où elles n’ont pas été notifiées à la Commission.

Au delà des recours juridiques à venir, les écologistes José Bové, Jean-Louis Roumegas et Karima Delli déplorent que les collectivités locales soient ainsi prises en otage pour servir la stratégie d’implantation des entreprises low cost dont la politique de dumping sur les prix déstabilise l’ensemble du secteur aérien. En effet, la concurrence déloyale imposée par les vols à bas prix se traduit par une pression toujours plus accrue sur les salariés et menace à la fois leur santé au travail mais aussi la sécurité des passagers. Parallèlement, ces aides interviennent dans un contexte où de nombreux pays européens subventionnent leurs compagnies à bout de souffle en leur permettant de bénéficier d’exonérations fiscales. Là encore, cela représente un sérieux manque à gagner pour nos finances publiques, alors que nous devrions tendre vers une fiscalité verte face à l’urgence climatique.

A quelques mois de la COP21, il est grand temps de remettre à plat l’ensemble des aides publiques accordées à l’aérien, le mode de transports le plus émetteur des gaz à effet de serre. Cela commence par imposer la transparence dans le soutien des collectivités aux aéroports locaux pour que contribuables et citoyens cessent de financer et de subir leurs nuisances.


[1] Selon Anticor34, entre 2010 et 2013, l’APFTE a perçu quelque 7,5 M€ de subventions, dont 80% aurait été alloué à Ryanair, via sa filiale spécialisée dans le marketing aérien Airport Marketing Services