" /> José Bové - Renationalisation des OGM : marché de dupes !

Renationalisation des OGM : marché de dupes !

Thématiques > Agriculture > OGM > Renationalisation des OGM : marché de dupes !
10 septembre 2010

La nouvelle tentative de la Commission européenne de passer en force sur le dossier des OGM est inacceptable. En ouvrant la possibilité aux Etats qui le souhaitent d’interdire sur leur territoire les cultures de variétés transgéniques, elle ouvre la boite de pandore et prépare la contamination de l’ensemble de l’Europe. Le Président Barosso, supporter aveugle des biotechnologies et des multinationales semencières, ne cache d’ailleurs pas que l’Union européenne accordera massivement les autorisations bloquées depuis des années dans les tiroirs par l’opposition des paysans, des consommateurs et des organisations environnementalistes. Les réactions favorables du Vice-Président de la firme DuPont montrent que le message est bien passé.



Alors que les évidences s’accumulent sur les dégâts irréversibles provoqués sur l’environnement, alors qu’il n’existe toujours aucune évaluation sanitaire sérieuse et indépendante concernant la consommation à long terme, alors que les impacts sociaux-économiques des biotechnologies fragilisent le monde agricole, la tentative de passage en force de M. Barroso est scandaleuse. Elle va d’ailleurs créer plus de difficultés à court et moyen terme, qu’elle ne va en résoudre. Au niveau européen, la question de la gestion du marché intérieur va devenir insoluble. Les pays, comme l’Autriche, fermement opposé aux OGM, seront dans l’incapacité de contrôler les entrées sur leurs sols de semences et de produits agricoles en provenance des rares pays qui considèrent que les biotechnologies sont une opportunité et les promeuvent. La contamination de l’alimentation par l’agro-industrie est donc inévitable à moins que le Commissaire Barnier ne rétablisse les frontières intérieures. La proposition de M. Barroso va affaiblir le peu de cohérence européenne sur la scène internationale. Incapable sur de nombreux dossiers brûlants, comme les crises financières, d’exprimer une position commune, l’Europe va maintenant se ridiculiser et se diviser sur celui des OGM. La possibilité de voir un état européen attaqué à l’OMC pour avoir interdit l’utilisation de semences transgéniques sur son territoire est réelle. Qu’elle sera alors la réaction du Commissaire au Commerce De Gucht ? Défendra-il l’autorisation européenne ou celle d’un état membre ? La ruse de Barroso est grossière et dangereuse. La seule position acceptable est une interdiction totale par l’Union européenne des OGM, comme elle l’a fait d’ailleurs pour l’utilisation des hormones dans l’élevage. L’annonce officielle par M. Dalli, commissaire Santé-Consommation, qui a fuité dans la presse, sera considéré comme un casus belli.