" /> José Bové - PAC : le vote du PE peut amener l’UE à tourner la page du productivisme

PAC : le vote du PE peut amener l’UE à tourner la page du productivisme

Le Parlement européen vient d’adopter une résolution sur la révision la modernisation de la PAC.
Thématiques > Agriculture > PAC > PAC : le vote du PE peut amener l’UE à tourner la page du productivisme
23 juin 2011

Avec le Traité de Lisbonne, le PE dispose de nouveaux pouvoirs législatifs dont la codécision en agriculture. La Commission européenne et le Conseil européen doivent dorénavant prendre en compte sur l’avis du Parlement européen qui s’est prononcé sur les grandes lignes d’orientation de la PAC après 2013.



Parmi, celles-ci, il convient de souligner : la nécessité de maintenir le niveau actuel du budget de la PAC et sa construction autour de deux piliers, l’abandon des références historiques, une nouvelle distribution basée sur la dégressivité, la prise en compte de l’emploi, la création d’un soutien spécifique aux petites fermes, le conditionnement du versement des subventions du 1er pilier à l’application de techniques agronomiques cohérentes, le développement des marchés locaux et régionaux.

En se prononçant ainsi, le Parlement accorde un vote de confiance au Commissaire Ciolos. Ses propositions doivent maintenant trouver une transcription concrète dans les mesures législatives qui seront proposées au mois d’octobre 2011.

Les difficultés vont être réelles lorsqu’il s’agira de concilier, d’une part les mesures en faveur de l’emploi du maintien de l’activité sur l’ensemble des territoires, de la protection de l’environnement et du changement climatique et, d’autre part le discours usé de la concurrence, de la compétitivité et du libéralisme. Le risque de grand écart est bien réel

Après ce vote historique du Parlement européen, l’Europe s’engage à tourner la page du productivisme en agriculture. Encore faudra-t-il que les Etats assument leur responsabilité collective et que la Commission traduise en textes législatifs cette nouvelle orientation. Après les échecs des réformes de 1992, de 1999 et de 2003, une nouvelle capitulation devant les intérêts des lobbies sonnerait le glas des espérances de millions de paysans et des 500 millions de citoyens européens.

En préalable au vote, José Bové intervenait dans l’hémicycle sur ce rapport :


José Bové : de l'égalité pour la nouvelle PAC par EurodeputesEE