" /> José Bové - Pau : ces militants qui vont couler la rencontre des pétroliers de l’offshore

Pau : ces militants qui vont couler la rencontre des pétroliers de l’offshore

Thématiques > Climat et énergie > Pau : ces militants qui vont couler la rencontre des pétroliers de l’offshore
5 avril 2016

A l’invitation de la Société TOTAL, les plus grandes compagnies pétrolières du monde ont décidé de se retrouver en toute discrétion à Pau du 5 au 7 avril pour le sommet « Marine, Construction and Engineering Deepwater Development (MCEDD). » Les opérateurs de l’extraction des énergies fossiles en mer profonde et ultra-profonde souhaitaient échanger en toute tranquillité sur les potentialités des gisements et la meilleure stratégie pour parvenir à « une baisse significative des coûts pour que l’industrie opérant en mer profonde puisse rester compétitive ». C’était sans compter la mobilisation de nombreux d’écologistes et de militants non-violents réunis ces jours-ci à Pau. Ils veulent bloquer les discussions et comptent bien faire appliquer l’accord de la COP21 pour endiguer le réchauffement climatique. Malgré le déploiement important des forces de l’ordre, l’ingéniosité des militants et leur détermination à utiliser la non-violence perturbent fortement le séjour des pétroliers dans le Béarn.

80 % des émissions de CO2 sont induites par la consommation des énergies fossiles vendues avec grand profit par ces entreprises La part de l’offshore dans la production de pétrole et de gaz avoisine les 30%. Selon l’IFP (Institut Français du Pétrole), 20 % des réserves mondiales actuellement connues de pétrole et 30 % de celles de gaz sont dans le domaine maritime. L’offshore chez TOTAL, c’est 78% de la production d’hydrocarbure !

Les espaces océaniques supportent l’essentiel des voies de communication et détiennent les gisements les plus importants de ressources naturelles. Leur maitrise est devenu l’un des enjeux géopolitiques majeurs de notre temps. Les grandes puissances se répartissent le gâteau, via l’octroi de ces fameuses ZEE leur donnant accès à l’exploitation et l’exploration des ressources. S’insinue une colonisation qui ne dit plus son nom.

C’est pourquoi faire le siège d’un tel événement et mettre en lumière la stratégie des pétroliers sont des actions salutaires. A Paris, en décembre 2015, les nations du monde ont pris l’engagement de limiter le réchauffement climatique en deçà de 2°C. Pour que cet objectif ambitieux ne reste pas lettre morte, il faut laisser les énergies fossiles dans le sol et investir pleinement dans les énergies renouvelables et la transition énergétique.