" /> José Bové - Soutien aux militants anti-nucléaire du narbonnais

Soutien aux militants anti-nucléaire du narbonnais

Thématiques > Démocratie et solidarité > Soutien aux militants anti-nucléaire du narbonnais
9 janvier 2014

Le 12 septembre 2013, quarante personnes du collectif STOP-Uranium ont bloqué un camion de tétrafluorure d’uranium pour dénoncer les risques des convois radioactifs. Seule une militante a été inculpée. À l’occasion de son procès le 7 janvier, José Bové a souhaité apporté son soutien à l’ensemble du mouvement dans un courrier.



« Bonjour à toutes et à tous,

Je regrette de ne pas pouvoir être avec vous aujourd’hui, aux côtés de Terry et des « comparants et comparantes volontaires » qui demandent à être jugés à ses côtés.

Je tenais toutefois à vous signifier toute ma sympathie et ma solidarité totale.

Je salue votre action non-violente qui permet de mettre en lumière l’opacité de la filière nucléaire. Le transport d’uranium est une activité hautement dangereuse qui ne devrait persister sans information du public.

Nous ne pouvons, sans agir, attendre le prochain accident nucléaire grave dans notre région à Marcoule ou à l’usine de Comurhex Malvési, ailleurs en France, en Europe ou à Fukusima. La légitimité de votre action réside bien dans cet état de nécessité !

C’est notre devoir collectif de reposer la question de la sortie du nucléaire et de l’engagement pour une véritable transition énergétique basée sur les économies d’énergie, la sobriété et le choix d’énergies renouvelables. Ensemble il est possible de dépasser le nucléaire.

Aussi, prenons dès aujourd’hui rendez-vous ensemble en 2015 à Paris pour le sommet de l’ONU sur le climat. Après l’accord en demi-teinte de Copenhague, la conférence de Paris doit déboucher sur un accord contraignant pour enrayer le changement climatique et réduire nos émissions de gaz-à-effet-de-serre. Le mouvement social a la responsabilité de construire autour de ce sommet une grande mobilisation, à la hauteur de l’enjeu.

Solidairement,

José Bové »