" /> José Bové - Changement climatique : tous concernés, tous mobilisés

Changement climatique : tous concernés, tous mobilisés

Thématiques > Climat et énergie > Changement climatique : tous concernés, tous mobilisés
26 novembre 2015

Les attentats à Paris le 13 novembre 2015 ont tué 130 personnes de plus de 18 nationalités différentes. Cette tuerie m’a révulsé, comme vous.
L’Etat d’urgence a été voté dans la foulée, dans l’émotion et dans la peur. Nombreux sont nos concitoyens qui considèrent légitimement que le fait de pouvoir se promener dans la rue sans craindre de se faire tuer par des criminels est un droit. Je suis totalement d’accord avec eux. Partout où la liberté est frappée le totalitarisme avance.

L’interdiction des manifestations de la COP21 du 29 novembre et du 12 décembre 2015, organisées à l’appel de dizaines d’associations, a été prise sous la pression de l’émotion. Cette dérive sécuritaire, je la dénonce en France comme je l’ai dénoncée ailleurs. Mais l’interdiction des mobilisations pendant cette période où les chefs d’Etats et leurs ministres seront réunis à Paris pendant deux semaines pour trouver des solutions à un problème qui nous concerne tous, est inadmissible et vaine.

Les fêtes de fin d’année approchent ; les marchés de Noël, les grands magasins, les centres commerciaux seront ouverts 7 jours sur 7, pour que les gens puissent continuer à consommer et faire tourner l’économie. Comment expliquer que les rassemblements de consommateurs ne soient pas interdits alors que ceux des défenseurs de notre avenir commun sont hors la loi ? Les actions préparées et imaginées de longue date pour alerter les décideurs politiques que l’Urgence Climatique sont moins importantes que des réveillons réussis.

Je ne peux pas accepter que l’engagement de ces milliers d’associations qui innovent sur le terrain et font évoluer nos mentalités soit purement et simplement bâillonné ou cantonné dans des espaces clos, avant et pendant la Conférence sur le réchauffement climatique. Je ne peux pas accepter que seuls les avis des grandes entreprises soient pris en compte.

Je me joins aux appels à résister à cette privation de notre liberté. Je serai dans la rue le 29 novembre pour participer à la chaîne humaine. Je serai dans la rue les derniers jours de la Conférence, si je sens qu’une nouvelle fois, les dirigeants des Etats n’arrivent pas à s’entendre pour stopper le réchauffement climatique. Il relève de ma responsabilité individuelle de savoir si je suis prêt à désobéir pour défendre mes idées et mes convictions. Et je me joindrais autant que possible aux actions non violentes, et déterminées qui pourraient voire le jour.

Monsieur le Président, la difficulté de la situation ne m’échappe pas. Mais elle ne doit pas vous faire oublier que vous avez pris la responsabilité de convier le monde entier à Paris en décembre 2015 pour endiguer le réchauffement climatique.

Monsieur Hollande, il vous appartient de tout faire pour que les négociations avancent et que les risques encourus par les femmes et les hommes de cette planète soient pris en compte.Vous avez eu deux ans et demi pour préparer ce sommet. Vous connaissez les principaux blocages, et en particulier le fait que sans une aide financière de 100 milliards de dollars et des transferts de technologies, les pays où une personne sur deux n’a que la lumière des étoiles et de la lune pour lire la nuit, n’accepteront pas le cynisme des multinationales et les diktats des pays riches.

Monsieur le Président, votre responsabilité est immense, mais sachez que les associations qui se mobilisent pour que les choses bougent concrètement sont des alliés et non des ennemis.