" /> José Bové - Barrosogate : La Cour Européenne permet à la justice belge de poursuivre son travail

Barrosogate : La Cour Européenne permet à la justice belge de poursuivre son travail

Thématiques > Europe > Barrosogate : La Cour Européenne permet à la justice belge de poursuivre son travail
4 août 2016

La Cour de Justice de l’Union européenne a rendu sa décision. Giovanni Kessler, Secrétaire Général de l’OLAF pourra s’expliquer devant la justice belge. Il n’est pas protégé par son immunité diplomatique.

Pour rappel, le 16 octobre 2012, le Commissaire européen John Dalli était limogé par José Manuel Barroso à l’époque Président de la Commission européenne (et désormais employé de Goldman Sachs). Le travail bâclé par l’OLAF (Organisation Lutte Anti-Fraude) était ni plus ni moins qu’une enquête à charge entachée d’irrégularités juridiques. Giovanni Kessler, Directeur Général de l’OLAF n’aurait semble-t-il pas hésité à utiliser des moyens illégaux pour parvenir à ses fins et manipuler des preuves pour compromettre John Dalli
John Dalli a porté plainte contre X et depuis des années, la justice belge souhaite entendre Giovanni Kessler sur cette affaire hors norme. Il a fallu attendre l’arrivée de la nouvelle Commission européenne pour que le verrou de son immunité soit levée en mars 2015 Giovanni Kessler a bien entendu immédiatement saisi la Cour de Justice de l’Union Européenne pour contester cette décision.

Hier, la réponse est tombée et la justice belge peut poursuivre son enquête et obtenir des réponses aux questions qu’il a toujours esquivées. Pourquoi s’est-il personnellement et directement impliqué dans cette enquête ? A-t-il poussé des témoins à mentir ? Pourquoi les procédures internes de l’OLAF ont été violées ? Quelles étaient ses connections avec M. Barroso sur ce dossier impliquant la multinationale Philipp Morris ? Bien des questions posées à l’époque dans le livre « Hold Up » que j’ai écrit et qui sont restées sans réponse jusqu’à ce jour. Le procureur belge pourra je l’espère apporter des éléments pour que nous puissions comprendre le rôle joué par Giovanni Kessler mais également par Catherine Day, l’ancienne secrétaire générale de la Commission, et par Barroso et leurs responsabilités respectives dans une affaire bien fumeuse.