" /> José Bové - Recrudescence du viol de guerre : Gollnisch, Le Pen, Melenchon s’abstiennent de prendre position, comme c’est bizarre

Recrudescence du viol de guerre : Gollnisch, Le Pen, Melenchon s’abstiennent de prendre position, comme c’est bizarre

Thématiques > Europe > Recrudescence du viol de guerre : Gollnisch, Le Pen, Melenchon s’abstiennent de prendre position, comme c’est bizarre
15 mars 2014

Les conflits en Egypte, au Yémen, au Mali, en Centrafrique, en Irak, en Afghanistan et dans de nombreuses autres régions de la planète montrent une effrayante hausse de la torture utilisée comme arme de guerre. La situation en Syrie s’aggrave de jour en jour. Tous les moyens sont utilisés par le régime de Bachar El Assad pour casser la résistance des populations qui se sont soulevées contre un régime sadique et corrompu. La torture aveugle et massive est devenue une pratique couramment utilisée pour briser l’espoir de ceux qui aspiraient à la démocratie et ont cru pouvoir renverser un dictateur sanguinaire. Le viol systématique est redevenu une arme de guerre, qui détruit les femmes et leurs familles.



Face à cette recrudescence de pratiques de la torture, en violation de toutes les conventions internationales (et en particulier de la Convention des Nations Unies contre la torture), le Parlement européen a voté le mardi 11 mars 2014 massivement le rapport sur l’éradication de la torture présenté par Madame Véronique De Keyser. Ce texte propose toute une série de dispositions visant à renforcer les mesures qui doivent être prises pour poursuivre les dirigeants politiques qui utilisent la torture d’hommes, de femmes et d’enfants.

Le paragraphe 40 stipule : que le Parlement européen s’inquiète que les femmes soient particulièrement exposées aux actes de torture et aux traitements inhumains ou dégradants (viol, mutilations sexuelles, stérilisation, avortement, contrôle forcé des naissances, fécondation délibérée), notamment dans le cadre de conflits armés où ces actes sont utilisés comme méthode de guerre, y compris à l’égard de mineurs ;

608 députés de tous les partis politiques ont voté pour ce rapport ; 3 députés contre et 27 se sont abstenus. Parmi les députés français, pays qui a adopté en 1789 la Déclaration des Droits de l’Homme, trois députés ont décidé de s’abstenir sur ce texte. Il s’agit de M. Gollnish, M. Le Pen (qui a changé son vote car initialement il s’est prononcé « contre ») et de M. Mélenchon.